La soirée d’inauguration l’association COJEP UNIV St-étienne a débuté vers 19h30, après avoir mangé au Resto U de tréfilerie à St Etienne.

Levent ACAR a commencé par un discours afin d’accentuer le fait que le nombre de jeunes d’origines turcs est important, mais que malheureusement le nombre d’étudiants parmi eux est faible. Les étudiants ont tendance à peu se soucier de leur étude.

La présidente de COJEP UNIV St Etienne, Tulay POYRAZ, étudiante en droit (2ème année) pris la parole avec un grand enthousiasme. Elle explique très clairement les buts de COJEP et sa naissance. Grace à l’aide et activité de Cojep St-Etienne, la décision de créer COJEP UNIV dans leur campus universitaire stéphanois a été prise. Les buts principaux sont d’aider les jeunes dans les domaines sportifs, culturel ainsi que dans le domaine de l’éducation. La présidente souligne qu’ils veulent aider les jeunes au sein du campus, de sorte à développer leurs activités associatives, en faisant des projets avec d’autres associations étudiantes.
Puis les étudiants faisant parti du conseil administratif de COJEP UNIV St Etienne se sont présentés. Tout d’abord, Bulent Acar et Meltem Aksu, deux étudiants de Lyon, l’un dans des études d’histoire, l‘autre dans des études de psychologie. Ce sont les 2 vices présidents. Gulay poyraz, étudiante en médecine à St Etienne, qui est coordinateur. Le trésorier est Faki Sahbaz, étudiant en droits (4éme année). Neriman Orbay est la porte parole de cojep univ et la secretaire est Belgin Acabay.

Chacun d’entre eux ont pris la parole et ont témoignés de leur motivation et leur joie de recevoir tous ces étudiants ainsi que leur volonté « d’être les ambassadeurs pour élever la communauté turque ».

Levent Acar remarque la division de cette communauté d’où une nécessité de réagir. Il dit très clairement : « Cojep Univ a pour but de créer un tissu associatif solidaire et dynamique couvrant l’ensemble du territoire français. »

A la suite du programme Ayvaz COLAKOGLU, Président de Cojep st Étienne, ayant organisé de nombreuses activités depuis 3 ans, dit vouloir lancer les jeunes dans leurs activités. Le message que fait passer ce président est un message d’union.

Il souhaite que grâce à Cojep Univ, la culture turque soit connue, que la langue turque soit utilisée de façon plus correcte. « Les universitaires devront être la force, le symbole, de cette population turque. Grâce à ce cadre très productif, nous attendons de vous que grâce à vos activités cette population atteigne de bons postes et qu’elle se fasse entendre. Car seul avec l’union nous pourrons faire entendre notre voix »

Levent Acar souligna que ce n’est pas avec « BCM c’est-à-dire Boulot-Café-Maison », que les choses vont changer. Une personne ignorante ne pourra en aucun cas se défendre.
Il faut aussi arrêter de montrer le racisme comme cause de l’échec scolaire dit il.
KELES Sebahat avocate à St Etienne, était également présente, et témoigna de son parcours modèle. Elle poursuit sur les paroles de Levent Acar en rejoignant ses dires concernant la fausse excuse du racisme. Maître Keles met l’accent sur l’importance du rôle des parents dans la réussite scolaire des enfants. « Ne pas baisser les bras, persévérer et se démarquer des autres sont la clé de la réussite ». Mme Keles remercie COJEP International de l’aide qu’elle fournit aux étudiants. « L’union fait la force » nous dit-elle car le problème de la communauté turque est de ne pas se serrer les coudes.
Elle finit par ses vœux d’encouragement.

Un deuxième témoignage a été fait par Efendi Demir, journaliste à TL7. Demir repris ces études à l’âge de 25ans et montre qu’étudier n’a pas d’âge et donc que « tout obstacle est franchissable ». Il est aussi adhérent dans un parti politique et se présente à la prochaine liste électorale.

Ensuite fait honneur à cette réunion Leyla Baran, traducteur assermenté qui met fin à cette série de témoignage tellement encourageant montrant l’exemple. Elle insista sur le fait que les jeunes d’aujourd’hui ne peuvent pas être dans la même attente que leurs parents. « Pour être entendu il faut avoir un niveau d’étude, et arriver à une certaine position pour pouvoir s’exprimer et le faire partager avec ces compatriotes ». Elle remercie de l’invitation et atteste d’être derrière tous ce que fait et fera COJEP.

Ensuite intervient Lokman BALKAN, président de COJEP UNIV. Il met l’accent directement sur le fait qu’une association peut commencer avec peu de personnes mais faire de grandes choses. « Commencer les activités sous le nom de COJEP et continuer sous le nom de COJEP UNIV est très important pour nous ». Il explique quelques projets fait à Strasbourg tel que rentrer en contact avec les autres associations pour créer des projets. Ils ont aidé aussi les étudiants étrangers en créant des petits livres qui les aident à s’orienter dans leurs universités. « Nous voulons partager nos expériences, c’est pourquoi nous sommes ici, et nous croyons que la participation sera importante et de qualité à st Etienne » dit Balkan. COJEP UNIV a pour but d’aider et de faciliter les activités des étudiants au sein du campus. Selon ce dernier, COJEP UNIV à St Etienne aura sûrement plus de facilité car COJEP St Etienne s’est assez bien connaître dans cette ville. Il termine en remerciant les étudiants et les autres participants à être présent ce soir.

Veysel FILIZ, Vice Président de COJEP INTERNATIONAL, remercie et encourage Tulay POYRAZ et ses coéquipiers de leur courage et de cette volonté remarquable. Content d’être reçu dans cet environnement chaleureux et plein d’amitiés. S’adressant aux membres de COJEP UNIV : « soyez les ambassadeurs de ce peuple, car c’est une population qui nécessite des ambassadeurs. Nous sommes une population comme un état ( devlet gibi bir millet) » .

Alors il explique pourquoi et comment faire parti de ce groupe, cette association. Porter la marque COJEP ne doit pas être que pour quelque temps mais durant toute sa vie, pendant sa retraite comme pendant ces années universitaires. « Nous devons lutter contre les problèmes que les grands avant nous ont eu. » dit il. Le COURAGE est très important pour la réussite, par exemple nos hommes d’affaire ont créé leur propre entreprise en connaissant très peu la langue française ce qui montre leur courage.

Que fournit COJEP ? Filiz répond en signalent que parler sous le nom de COJEP c’est parler au monde, « grâce au respect et contact avec les autres, vous gagnerez la confiance de ces hommes. La création de réseaux permettra de se faire entendre»
« Le pouvoir de partage » est permis par Cojep. Ce dernier « est au service de la communauté turque comme française »
Le mouvement politique est très important pour pouvoir se faire entendre.
« Grâce à nos origines, nous portons en nous les codes de la paix et de la prospérité que nous devons enseigner à nos enfants. Nous ne devons pas lutter contre la communauté française mais montrer que nous sommes avec eux et que nous sommes une partie de cette communauté. » Conclu Veysel Filiz ayant retenu l’attention de ces jeunes.
Ali GEDIKOLGU, président de Cojep INTERNATIONAL, fut le dernier à prendre la parole. Il souhaite que COJEP UNIV atteigne ces objectifs et pleins de réussite à cette nouvelle association.
« Lorsque nous prenons un chemin, il ne faut pas avoir un doute car le doute nous empêchera la réussite ». Par cela il veut montrer que tout doit être clair dans nos têtes, où nous allons ? Pourquoi ? Comment ?… « La peur prend toute notre énergie » le but doit être clair pour que le voyage soit rempli de bonheur. Les universitaires se séparent des autres jeunes car ils sont le cerveau de la communauté. Dans la vie associative, il ne faut pas avoir peur de se renouveler. Les jeunes doivent être les enfants d’un grand idéal et pour cela ils doivent eux-mêmes, étudier et tirer des leçons du vécu de leur prédécesseur, les étudiants doivent être le cerveau intellectuel de la communauté. COJEP est une association présente dans de nombreux pays.

Il faut accepter notre identité française car cela nous permettra à la fois d’aider la communauté turque et française !
Pourquoi avons-nous besoin d’une association ? Tout simplement pour former une union, atteindre des buts difficiles par la force de l’union. TOUS devons réagir pour faire des choses et nous faire entendre. Il faut une association qui se poursuit au fil des années et non qui s’arrête ; car c’est comme cela que nous arriverons à un endroit.
« Si dans 5 ans vous laissez une image positive et une marque derrière vous alors vous avez réussit votre combat ! »
Le président poussa aussi les étudiants à entrer dans les parties politiques car si on ne se fait pas connaitre on n’ira nulle part. Il faut être actif en formant des groupe. « Soyez les locomotives ! »

Cojep doit se faire connaitre dans de nombreuses branches et créer un réseau pour nous imposer et imposer notre force. Il conclut en souhaitant une bonne réussite et poursuite à COJEP UNIV St-étienne.

La soirée se clôtura sur des questions réponses entre les étudiants et les intervenants. Ce fût une soirée qui a marqué les esprits des étudiants et participants.